"Aulas est le Donald Trump de la Ligue 1" - PSG - Pariskop

Home Actualité « Aulas est le Donald Trump de la Ligue 1 »


Ces mots ont pour auteur Bruno Roger-Petit qui s’est exprimé via son blog sur l’attitude du dirigeant lyonnais qui a pris pour habitude de s’acharner sur le PSG.

« Jean-Michel Aulas est le Donald Trump de la Ligue 1, qui a fait de Twitter la place où il peut s’en prendre à tous ses ennemis. Donc, en ce milieu de semaine du début aout, c’est le PSG qui est accablé par Aulas, tel Trump accablant Hilary Clinton. Trop riche le PSG. Trop fort. Trop beau. Et trop libéral. Cela donne une série de tweets comme les aime le président de l’OL. Inconvenants. Insupportables. Injustes.

Et d’un : « Le PSG poursuit une politique excessive d’investissement qui va abaisser la compétitivité de notre L1. Trop, c’est trop ». Et de deux : « Le budget moyen des clubs de L1 est de l’ordre de 50 M€. 100 M€ pour l’OM, 200 pour Monaco ? 550 pour le PSG ? La compétition sportive ce n’est pas ça ». Et de trois : « Le dumping financier tue la compétition. L’excès d’argent du PSG tue l’aléa sportif. Comment espérer gagner demain ? » Et de quatre : « Avec de l’argent d’un pays qatari qui fausse les données ». N’en jetez plus, la trumpisation de Jean-Michel Aulas est accomplie. Horreur. Malheur.

Certains internautes ont de la mémoire, qui se souviennent des déclarations de Jean-Michel Aulas durant la période où l’OL dominait la Ligue 1 sans partage. Années 2000, années Aulas. Puissance et gloire. Et célébration des vertus libérales et de l’élitisme à fond les manettes. « L’élitisme profite à tout le monde » (2000) . « Nous ne sommes pas un club de foot mais une holding de divertissement » (2007). « Cela ne gêne personne d’avoir une politique élitiste. Au contraire, ça ne peut que rapporter à tout le monde » (2015). Et oui ! Il fut un temps où Aulas Jean-Michel, disait le contraire ce que dit aujourd’hui sur Twitter Jean-Michel Aulas, saisi par les forces de l’esprit de Donald Trump. Les hommes, ça va, ça vient.

En vérité, Jean-Michel Aulas a un problème. Le PSG est devenu ce qu’il rêvait que l’OL devînt. Il s’est fait voler la vedette. Et le sceptre de « l’élitisme » footballistique vertueux avec. Il n’en peut, mais c’est ainsi. Contrairement à ce qu’il raconte sur Twitter, c’est bien le PSG qui tire aujourd’hui la Ligue 1 vers le haut. Si les droits télévisés sont encore à un niveau à peu près décent, c’est parce que le PSG et ses vedettes sont des vecteurs d’audience. Ce que ne sont plus l’OL, l’OM et les autres… »

 


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com