Riolo flingue la Liga : « Le foot espagnol qui faisait ce qu’il voulait avec l’oseille » (A lire) - PSG - Pariskop

Home Actualité Autour du PSG Riolo flingue la Liga : « Le foot espagnol qui faisait ce...


Convaincu que le Paris Saint-Germain ne rentre pas dans les clous des règles du fair-play financier, le président de la Liga espagnole, Javier Tebas, est déterminé à faire couler le club francilien. Un dossier de 44 pages a entre autre été rédigé afin de le remettre aux instances (voir ici). Dans une analyse judicieuse, Daniel Riolo résume le problème qui entoure le PSG, et explique ce qui dérange le scrupuleux président espagnol. Non sans rappeler le passé des clubs ibériques qui ne se sont pas gênés à l’époque pour avoir le succès qu’ils ont eus.

« J’ai souvent dit à quel point l’investissement du Qatar au PSG provoquait chez moi des hauts et des bas. Incohérent, parfois. Je suis obligé d’assumer. Pourquoi ? Et bien, Tebas a mis des mots sur ce qui me perturbe. Ses arguments sont bons. Il faut le reconnaître. Le dopage financier par le biais d’un Etat, tous les détracteurs du PSG en parlent et c’est une réalité. Les contrats surévalués existent. Certains avaient même été revus à la baisse par l’UEFA, explique Riolo sur son blog RMC Sport. Sans mesure, Tebas demande sanction et comme pour un dopé au Tour de France, exclusion de la compétition européenne. Ça tient la route. Le passé ‘merdeux’ dont parle Tebas, c’est l’avant fair-play financier. Ce monstre inventé par Platini. Critiqué et probablement imparfait, il a quand même permis de faire du ménage dans les finances du foot européen. Le passé ‘merdeux’, c’est quand tout le monde se plaignait du foot espagnol qui faisait ce qu’il voulait avec l’oseille et la comptabilité. […] Sans contrôle, partout en Europe, un mec pouvait poser de l’oseille sur la table et dire ‘j’achète’ ! Bulle financière, inflation… Qui regardait tout ça de près ? »

« Tebas nous explique donc que maintenant, tout a changé, et qu’il faut passer le coup de balai vengeur sur le PSG ! Et puisque qu’effectivement, ce n’est pas parce qu’on a longtemps fauté qu’il faut continuer et que tous ces arguments sont bons, il nous reste à nous ranger derrière lui ! Soyons justes, non ? […] Dans le carré VIP, il y aura donc toujours les mêmes clubs. Ils ont prospéré comme ils ont voulu. A une époque où la belle règle n’existait pas, rappelle le journaliste de RMC. Dehors, le ‘nouveau’ avec une cohorte de juristes et spécialistes cherche à contourner la fameuse règle. Il veut entrer. Le ‘nouveau’ doit méditer sur ces mots de Jean Racine : ‘Une extrême justice est souvent une injure’. »

Riolo pointe donc une frustration des grands clubs européens présents sur la scène depuis des décennies, avec les moyens financiers que l’on sait qu’ils ont eus, et à qui il faut éviter de faire de l’ombre.


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com