BRP : "Dugarry a une grosse dent contre le PSG, mais..." - PSG - Pariskop

Home Actualité BRP : « Dugarry a une grosse dent contre le PSG, mais… »


Ceux qui suivent le Canal Football Club ou les matches du PSG auront remarqué les critiques régulières de Christophe Dugarry à l’encontre du PSG. Mais pour Bruno Roger-Petit tout n’est pas à jeter dans ce qu’il dit, bien au contraire.

« C’est entendu, Christophe Dugarry a une dent contre le PSG. Une grosse dent. Une molaire même. Durant tout le temps de la rencontre entre le club parisien et Monaco, le consultant de Canal Plus a dit tout le mal qu’il pensait du PSG et de son système, de ses joueurs et de leur entrain. le « PSG statique », ce fut, comme toujours, le refrain dugarrien de la soirée. Le tout au risque de l’injustice. A force de ne voir que les faiblesses du PSG, Dugarry n’a pas vu celles de Monaco, notamment l’incapacité de l’équipe de la Principauté à se créer de réelles occasions de but.

Bien évidemment, cette monomanie Dugarry a valu au consultant vedette de Canal une petite volée de bois vert sur les réseaux sociaux. Après le Christian Jeanpierre bashing, le Dugarry bashing des soirs de matchs du PSG est en passe de devenir tendance. Après tout, pourquoi pas ? Le public adore commenter les commentateurs de sport. C’est une tradition française aussi vieille que la télé, de Thierry Roland à Nelson Monfort en passant par Lionel Chamoulaud… Dugarry récolte aussi les fruits de ses commentaires passionnés. Ainsi va le monde du sport et de la télé.

Pour autant, la relative objectivité de Dugarry ne mérite pas que l’on jette l’analyse avec l’eau du bain. Car tout ce qu’a pu dire le consultant de Canal tout au long du Monaco-PSG de ce dimanche n’était pas dénué de fondement. Il est vrai que Lavezzi court beaucoup mais pour pour pas grand-chose. Il est vrai que le PSG se crée beaucoup d’occasions pour peu de buts. Il est vrai que le PSG aurait pu gagner à Monaco comme à Lyon, mais qu’il ne l’a pas fait. Il est vrai que Van der Wiel est de plus en plus inquiétant. Il est vrai que sans Ibrahimovic, le PSG pèse moins. Il est vrai que Pastore est inconstant. Il est vrai que cette équipe semble parfois anesthésiée…

Bref, quand bien même Dugarry est agaçant à force de ne voir que ce qui ne va pas au PSG, il a malgré tout souvent raison…

Le constat dugarrien mérite cependant d’être entendu, car à dix jours du match retour de Ligue des Champions contre le Chelsea de Mourinho, on s’inquiète. Ce dimanche, sans forcer son talent, Chelsea a remporté la Coupe de la Ligue anglaise face à Tottenham. Et surtout, on a vu un entraineur de haut niveau contribuer, choix tactiques et partage des émotions à l’appui, au triomphe de son équipe. Le PSG est statique parce que Laurent Blanc parait immobile tandis qu’à Chelsea, Mourinho parait toujours dans le mouvement, l’imagination, la joie… Hier, il a célébré la victoire de son équipe comme s’il s’agissait de son premier trophée… Un exemple…

Blanc n’a pas ce que Mourinho possède, cette capacité à transmuter une équipe en bloc homogène et guerrier. Blanc peut imiter, comme il a imité Mourinho en alignant David Luiz au PSG en numéro 6 de combat, ce que faisait déjà le technicien portugais à Chelsea, mais il lui manque cette capacité à surprendre qui fait le grand entraineur. Dans le fond, Dugarry ne dit pas autre chose, et au train où va l’histoire, les faits pourraient lui donner raison dans une semaine. Comme le disait Lénine : « La pratique est le critère de la vérité ». Même quand cette vérité dérange. Même quand elle sort de la bouche de Dugarry. »


Articles similaires
WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com