Dossier - Supporters : Des arrêtés "bidons" et une "blacklist illégale" - PSG - Pariskop

Home Actualité Dossier – Supporters : Des arrêtés « bidons » et une « blacklist illégale »


Ce mardi soir c’était la première de la nouvelle émission 100% supporters sur France Bleur 107.1. Comme son nom l’indique, cette émission est consacrée aux supporters et pour cette première le problème des arrêtés préfectoraux et interdictions de stade abusives ont été évoqués.

Pour vous nous avons retranscris plusieurs propos qui permettent de résumer la situation.

Pour commencer c’est Pierre Barthélémy, un avocat fan du PSG et ancien abonné du Parc des Princes, qui est revenu sur les arrêtés préfectoraux : « Depuis 2010 et notamment un match à Lens, les préfets mettent régulièrement en place des arrêtés, limitant voire interdisant le déplacement des supporters du PSG aux matches et même parfois autour du stade. Au début c’était même dans le département. Il y avait des personnes au poste de police car elles avaient une plaque d’immatriculation de la région parisienne mais qui n’allaient pas au match. Au départ c’était un peu du bricolage, ça l’est toujours, mais c’est plus réduit. Sur la majorité des matches, comme à Nantes ce dimanche, il est interdit aux supporters parisiens démunis de billet de se déplacer. Sachant que les personnes ayant appartenu à des associations dissoutes du PSG sont elles aussi interdites, avec un billet ou non. « 

Mais le PSG ne s’est pas arrêté au foot puisque pour les matches de handball le club se permet de refuser la vente d’une place à certaines personnes et tout cela dans l’illégalité : « Il y a des refus de vente. Il faut savoir que certains supporters du PSG ne peuvent pas se rendre à un match de handball du PSG. Ils leur répondent qu’ils sont sur une liste (qu’ils ont confectionné dans l’illégalité) qui dit qu’ils ont peut être commis des faits répréhensibles un jour autour d’un stade. On refuse votre place, on vous la rembourse et vous ne pouvez pas rentrer dans la salle. Cette liste est totalement illégale car elle n’a pas été déposée à la CNIL. Ca peut aussi concerner des gens qui n’ont jamais été abonnés du Parc des Princes. »

Ben, responsable de la Brigade de Paris, est également intervenu pour évoquer cette blacklist, illégale donc, dans laquelle son nom est inscrit alors que son association n’a pas été dissoute :  « Mon association n’a pas été dissoute. Concrètement par rapport aux arrêtés je peux faire les déplacements puisque c’est uniquement pour les associations dissoutes. De toute façon c’est bidon car les leaders des associations ne transmettaient pas à la police ou au club la liste de leurs adhérents. Donc aujourd’hui il n’y a aucun moyen de vérifier qu’une personne faisait partie ou non d’une association dissoute. D’où les bizarreries du dernier arrêté qui est différent des précédents. Si on se fait interpellés on risque jusqu’à 6 mois de prison, 30 000€ d’amende, une interdiction de stade pouvant aller jusqu’à 2 ans et en plus le PSG peut nous interdire de Parc des Princes pendant 2 ans tout en résiliant notre abonnement. Ce qui se passe aujourd’hui c’est que plutôt que d’aller chercher les fauteurs de troubles, ils préfèrent anticiper d’éventuels problèmes et sanctionnent tout le monde. Je n’ai jamais été interdit de stade et pourtant je fais parti de la blacklist du PSG. »

 


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com