BRP : "Les propos d'Ibrahimovic valent-ils ce déferlement buzzesque ?" - PSG - Pariskop

Home Actualité L'avis des consultants BRP : « Les propos d’Ibrahimovic valent-ils ce déferlement buzzesque ? »


Zlatan Ibrahimovic a fait le buzz cette semaine avec des déclarations sur le football féminin qui n’ont pas vraiment plu. Il a notamment expliqué dans la presse suédoise que selon lui « on ne peut pas comparer le foot féminin et le foot masculin. » Sur son blog, Bruno Roger-Petit est revenu sur ce buzz qui s’est répandu sur l’Europe en quelques heures.

Après Laurent Blanc, Zlatan Ibrahimovic. L’avant centre du PSG se retrouve au cœur d’un buzz qui rappelle ces polémiques que ne manquaient pas d’engendrer les sorties de Thierry Roland, dans les années 70/80, preuve que rien n’est jamais nouveau sous le soleil du foot. Bref, voici que l’on reparle d’accusation de « sexisme »… Encore… 

A l’origine de cette polémique, née en Suède mais qui se répand dans toute l’Europe à la vitesse de Twitter, des propos sur le football féminin tenu par Ibrahimovic au journal l’Expressen : « Quand je suis à l’étranger, on me compare à Messi et Ronaldo. Quand je rentre à la maison, on me compare avec des footballeuses, regrette l’avant-centre du PSG. L’été dernier, on m’a demandé: «Qui est le meilleur: Lotta Schelin (l’attaquante suédoise de Lyon) ou vous?» Non mais c’était une plaisanterie ou quoi? Avec tout le respect dû aux femmes, vous ne pouvez pas comparer le football masculin avec le football féminin. »

Et Ibra d’ajouter, histoire d’aggraver son cas : « L’attention que le football féminin obtient dans notre pays est sans équivalent dans le monde. C’est en soi une chose étonnante. Attention, elles accomplissent leur travail merveilleusement bien, et elles continueront à le faire, mais on ne peut pas comparer la performance individuelle d’une femme avec celle d’un homme », le tout ponctué par un jugement sans appel dès lors qu’il s’agit de mettre sur le même plan des récompenses individuelles attribuées indifféremment aux footballeuses et footballeurs de Suède : « On pourrait leur offrir un vélo avec mon autographe et ça suffira ».

Et l’attaquant du PSG de se retrouver mis en accusation : « sexisme » disent les joueuses suédoises (et d’ailleurs), l’une d’entre elles, Nilla Fisher estimant même que la sortie de Zlatan est l’une des « plus stupides jamais lues ». Tout le football féminin suédois s’est d’ailleurs insurgé contre la sortie de Zlatan. Il est vrai qu’en Suède, on ne plaisante pas avec le foot féminin, bien plus développé là-bas qu’ailleurs en Europe. Du reste, ironie de l’histoire, la blague de Blanc sur ces « femmes journalistes qui parlent tactique, c’est tellement beau » avait déjà été adressée à une journaliste suédoise… « Quand ça veut pas… » aurait pu dire Thierry Roland…

Les propos d’Ibrahimovic valent-ils ce déferlement buzzesque, ailleurs ou ici ? On laissera aux sagaces lecteurs habitués de ce modeste blog le soin d’apporter leur réponse, selon les vues qui sont les leurs. Chacun le droit de déterminer pour lui-même s’il y a matière à scandale, et où est le scandale. 

En revanche, nul ne contestera que désormais, le poids médiatique des footballeurs est de plus en plus lourd. Un déclaration de Zlatan sur la condition de la femme footballeuse, et c’est l’émeute féministe mondialisée ! Comme si le footballeur était un philosophe ou un sociologue conservateur de grand renom, une sorte de Finkielkraut du football, dont la parole porte plus que les autres paroles… 

Sauf qu’Ibrahimovic n’est ni philosophe, ni sociologue, ni élu de la Nation. Mais ce qu’il dit, comme ce que peuvent dire désormais des artistes, des sportifs, des animateurs télés ou radios, pèsent plus dans la sphère publique que ce peuvent dire des philosophes, des sociologues et même des politiques. N’est-ce point là l’objet du vrai problème ? Que l’on en fasse des buzzs et des buzzs, des polémiques et des polémiques sur une saillie un peu macho d’Ibrahimovic ? 

C’est un monde bien étrange à la fin que le notre, ce monde où ce que peut augurer le footballeur sur l’état du monde est plus commenté que les propos du philosophe, du sociologue ou du politique. Peut-on parler de crise des représentations ? 


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com