Ménès : "On n'a pas l'impression que Paris ait puisé dans ses réserves" - PSG - Pariskop

Home Actualité L'avis des consultants Ménès : « On n’a pas l’impression que Paris ait puisé dans ses...


Pierre Ménès  a commenté la victoire du PSG face à l’Olympiakos. Le consultant Canal+ analyse comme beaucoup que le PSG s’en est bien sorti en première période avant de faire la différence en seconde mi-temps.

Pour ses débuts en Ligue des Champions, le PSG a atomisé l’Olympiakos au Pirée. Enfin, surtout après le repos. Parce qu’avant…

On va commencer par enfoncer une porte ouverte : dans un match, il y a deux mi-temps. Il est évident qu’en se basant sur la physionomie de la première période, c’est un euphémisme de dire que ç’a été très compliqué pour Paris. Les explications ? 1/ Le PSG a commencé très doucement. 2/ Le rendement du milieu, notamment Matuidi et Motta, était très loin de celui vu à Bordeaux il y a quatre jours. Et 3/ L’Olympiakos a réalisé un premier acte proche de la perfection.

Les Grecs ont touché deux fois les montants dans le premier quart d’heure – par Weiss puis Fuster – avant que le même Weiss n’égalise en réalisant un petit pont sur Marquinhos puis en éliminant Thiago Silva d’un double contact ! Super but. Juste avant cela, Paris avait ouvert le score sur son seul tir cadré de la première période, avec une passe magique d’Ibra pour Maxwell, le Brésilien servant ensuite Cavani seul face au but vide. 

Alors c’est vrai qu’en première période, le PSG a été plus que chahuté. C’est la réalité. Mais on pouvait aussi se dire que l’Olympiakos était au taquet et que fatalement, ça ne durerait pas comme ça tout le match. C’est peut-être ce que les Parisiens se sont dits, eux qui ont attaqué la deuxième mi-temps avec une patience extrême qui pouvait ne pas sembler justifiée à ce moment-là. 

Mais effectivement, les Grecs ont commencé à perdre le ballon de plus en plus souvent et de plus en plus bas. Aussi bas que les Géorgiens face aux Bleus il y a une semaine, sauf que le PSG dispose de joueurs que n’a pas l’équipe de France. A commencer par Motta, méconnaissable après le repos. L’Italo-Brésilien a réalisé 45 dernières minutes exceptionnelles, tout à une touche de balle, a totalement redressé la barre et s’est permis d’inscrire deux buts. 

Deux buts copies conformes, avec deux corners de Lavezzi coupés au premier poteau. C’est bien simple : le PSG a eu cinq corners en seconde mi-temps et a marqué sur trois d’entre eux, Marquinhos inscrivant le dernier. L’ancien défenseur de la Roma a parfois été en difficulté sur le plan défensif, mais a en revanche montré de réelles qualité dans la relance et le jeu de tête. 

Alors voilà : ceux qui n’aiment pas le PSG diront que la première mi-temps était très faible. C’est vrai. Ceux qui aiment l’équipe de la capitale retiendront que les hommes de Blanc ont sorti une super seconde période. C’est tout aussi vrai. Et puis ceux qui sont neutres et lucides feront ce simple constat : débuter une phase de poules de Ligue des Champions en gagnant 4-1 à l’extérieur, c’est juste idéal. D’autant qu’on n’a pas spécialement l’impression que Paris ait puisé dans ses réserves physiques avant la réception de Monaco dimanche, pour le choc de ce début de saison en Ligue 1.


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com