Praud : "La saison de Pastore s’annonce compliquée" - PSG - Pariskop

Home Actualité L'avis des consultants Praud : « La saison de Pastore s’annonce compliquée »


Vendredi dernier le PSG a réalisé son meilleur match de la saison à Bordeaux (2-0). Un match sans Javier Pastore qui pose des questions concernant l’apport de l’argentin. Pour Pascal Praud, la réussite du milieu à trois Matuidi-Motta-Verratti devrait poser problème à Pastore qui pourrait ne pas retrouver une place de titulaire. D’ailleurs il ne le voit pas sur le terrain dimanche prochain contre Monaco comme il l’a expliqué sur son blog.

Tout le monde est d’accord : le PSG a joué son meilleur match de la saison à Bordeaux. Sans Pastore. Hasard sans doute.

« C’est quand même terrible : on prépare le match dans la semaine, on essaie de penser à l’adversaire et de mettre des stratégies en place, et ce match-là, on ne l’a pas préparé, avec des joueurs arrivés hier de Montevideo et d’ailleursJ’avais des craintes, et ça a donné le match le plus abouti de la saison ! Ça veut dire que l’équipe commence à comprendre ce que l’on veut produire, et que surtout, elle adhère à ce que l’on propose. Mais ça veut dire aussi que l’entraîneur ne sert pas à grand-chose. » Je suis un fan des déclarations de Laurent Blanc depuis le commencement de la saison et celle de vendredi soir, à l’issue de la victoire à Bordeaux (0-2), n’a pas échappé à la règle. Laurent Blanc a de l’humour. Il manie l’auto dérision. C’est assez rare dans ce milieu pour le souligner. Il dit la vérité après les matches, il ne raconte pas de salades, il ne prend pas des vessies pour des lanternes. C’est bien. Il avait donné rendez-vous en septembre aux journalistes qui regrettaient l’absence de jeu. Il a tenu parole. Paris monte en gamme ce qui ne m’étonne pas, tant le potentiel de cette équipe est important, sans doute sans équivalent en Ligue 1. Après le match nul contre Ajaccio (1-1) et l’avalanche d’occasions manquées, j’étais certain de la réussite future du PSG. Hier, au stade Chaban-Delmas, la confirmation est arrivée.

Laurent Blanc a changé la tactique mise en place la saison passée par Carlo Ancelotti. Le 4-3-3 donne une couleur offensive et épouse les idées de jeu du « Président ». Au milieu du terrain, le trio Blaise Matuidi, Thiago Silva et Marco a Verratti a trouvé ses marques. Rapidité, récupération, fluidité. Ça court vite et ça court beaucoup. Ça voit vite aussi. Les amoureux des enchaînements et de la balle à terre ont passé une bonne soirée. Le PSG joue bien. Chacun a noté que la plus belle sortie du PSG s’est réalisée en l’absence de Javier Pastore. « Je ne crois pas au hasard » a souligné Franck Sauzée sur Canal +. Laurent Blanc s’est bien gardé de trancher : « je suis sûr que nous aurions fait le même match avec Javier. » Habile déclaration qui ne mange pas de pain et protège les susceptibilités. On verra contre Monaco si Blanc reconduit son milieu de terrain. Il m’étonnerait que ce ne soit pas le cas. La saison de Pastore s’annonce compliquée.

« Paris est trop fort » a dit Francis Gillot. « Paris est trop fort » a répété Jean-Louis Triaud. Et Cédric Carrasso n’a pas dit autre chose. Nous n’avons pas fini d’entendre cette litanie. Le PSG a monopolisé le ballon durant 60% du temps. Paris est trop fort est une excuse facile pour Bordeaux qui empêche de s’interroger si ce ne sont pas Girondins qui sont trop faibles. Attention à la chute pour cette équipe championne de France en 2009. Elle compte quatre points après cinq matches. Demandez à Lens, Nantes, Auxerre ou Monaco qui durant les années 2000 sont tombés de haut et ont atterri en Ligue 2. Bordeaux n’est pas à l’abri.


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com