Riolo : "Camara-Marquinhos, ça fait moins peur" - PSG - Pariskop

Home Actualité L'avis des consultants Riolo : « Camara-Marquinhos, ça fait moins peur »


Le choc entre le PSG et Monaco ce dimanche soir a accouché d’un match nul, 1-1. Une nouvelle fois on a vu un PSG dominateur qui n’a pas su concrétiser ses occasions. Daniel Riolo est revenu sur cette rencontre pour RMC.

Ça fait du bien une belle journée de championnat. Des buts, du jeu, de l’engagement. Mis à part le Bastia-OM qui mérite à peine d’être mentionné, la 6e journée fut donc très agréable. De quoi être optimiste et attendre le choc PSG-Monaco avec impatience. Pas de surprise niveau compo. Le PSG continue en 4-3-3, avec Motta, Matuidi et Verratti. L’ASM vient avec son 4-4-2. Ranieri ne change rien et laisse James Rodriguez encore une fois sur le banc.

Les premières minutes indiquent vite qu’on va voir un bon match. Monaco, comme d’habitude, n’est pas là pour attendre, pour défendre. Le rythme est bon, ça joue vite. Paris penche à gauche. C’est de là que vient très vite le premier but. Le PSG affiche une forme pas encore montrée cette saison. La sortie de Thiago Silva va chambouler la défense. Camara-Marquinhos, ça fait moins peur. Forcément le changement conduit d’abord au flottement. Et quand en face, vous avez Moutinho et Falcao, flotter, c’est couler. La star colombienne égalise. Un sublime but de 9. Le match est équilibré et c’est à mettre au crédit de l’ASM.

Rarement, jamais peut-être, au Parc, le PSG a eu un tel adversaire. Il a perdu, oui, mais dans des matches à tendance surréaliste, des pièges. Là, incontestablement, on voit que Monaco est une vraie belle équipe. Juste avant la pause, le PSG rate une énorme occasion de 2-1. Ibra fait 2 mauvais choix sur ce coup. Une action qui permet de constater aussi que l’entente entre Ibra et Cavani n’est pas idéale. La fin de la première période et le début de la seconde confortent dans l’idée que le PSG est au-dessus. Le milieu a doucement pris l’ascendant. Monaco est surtout dans la réaction. Mais le problème pour Paris, c’est de ne pas profiter de ses moments forts.

Preuve que l’ASM ne veut pas forcément se contenter d’un point, Ranieri lance James à la place de Kondogbia. Avec Lucas à la place de Lavezzi, le PSG perd un peu en qualité. Il y a toujours une volonté de trop en faire chez le Brésilien. Blanc veut gagner le match en changeant de système. Verratti sort (il a été excellent). Avec Menez, c’est désormais un 4-4-2. Sur cette seconde période, Monaco a très peu existé, sans toutefois être totalement débordé. Toujours en vie. Et avec les joueurs qu’il y a dans cette équipe, ça veut dire faire planer un doute, même léger. Menez et Lucas, les « entrants » parisiens n’ont rien apporté. Le PSG a même été moins fort avec eux. Supérieur, le PSG a néanmoins concédé le nul. Et au terme de ce beau match, on peut être convaincu que ces deux équipes sont bien les plus fortes de notre championnat.


Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com