Riolo : "Le péno d'Ibra, une sorte de symbole des erreurs vues" - PSG - Pariskop

Home Actualité L'avis des consultants Riolo : « Le péno d’Ibra, une sorte de symbole des erreurs vues »


Comme la saison dernière le PSG a débuté sa saison en Ligue des Champions par une victoire sur le score de 4-1. Mais dans le contenu c’est un peu différent car face à l’Olympiakos le PSG a beaucoup souffert en première période avant de prendre le jeu à son compte en seconde période. Pour RMC, Daniel Riolo a commenté la performance des parisiens.

Paris est mauvais mais marque. Ibra est inspiré. Initiateur d’une belle action. Cavani ouvre le score. Ça ressemble à une équipe sûre d’elle qui marque même en étant hors sujet. L’impression est à moitié vraie. Oui, le PSG a marqué, mais oui, le PSG joue vraiment mal. Manque d’agressivité, milieu de terrain dépassé. Ça frise le néant. La punition est inévitable. C’est Weiss qui régale. Marquinhos prend un petit pont, Silva éliminé le cul par terre. Le jeune Slovaque est brillant. 1/1. C’est bien payé pour le PSG.

La passivité des Parisiens est sidérante. Le score nul à la pause est une bonne nouvelle pour le PSG. Rien n’a fonctionné. Dans un aucun secteur du jeu, le PSG a été satisfaisant.

La seconde période débute mieux. Parce que pire, c’était pas possible. Le bloc équipe est enfin plus haut. Le jeu n’avance que très peu, mais au moins les Parisiens se font des passes dans le camp de l’adversaire. Quand on n’a rien, on se contente de peu. Le meilleur parisien ? Matuidi. Et ce n’est pas bon signe.

Heureusement, cette équipe grecque est faible. Sans en faire beaucoup, en étant juste un peu plus impliqué, Paris est supérieur. Sur deux corners, Motta marque deux fois le même but. Situation originale et score avantageux. Le jeu du PSG ressemble enfin à quelque chose dans le dernier quart d’heure. Mais comme pour bien rappeler à tout le monde que cette victoire est très loin d’être brillante, Ibra rate même un péno. Une sorte de symbole des erreurs multiples vues ce soir.

L’Olympiakos, sorte d’équipe bricolée avec des restes de L1, c’est vraiment pas terrible. Sur les trois buts encaissés sur corner, le marquage est d’une faiblesse incroyable.

4/1, la victoire est large. En Ligue des Champions, c’est même assez rare. La saison dernière, le PSG avait débuté de la même façon (4/1 face à Kiev). Mais l’impression laissée ce soir-là avait été bien meilleure.


  • Lolo 95

    Bah,les « pisse-vinaigre » ont toujours quelque chose à redire! Certes,la première période de nos protégés était une vraie purge,mais le fait qu’ils se soient réveillés en seconde période,et d’une telle façon qu’ils ont fini par asphyxier cette équipe de l’Olympiakos,me suffit amplement…tout dépend de l’adversaire qu’on joue,quoi! On est beaucoup moins précis et attentifs lorsqu’on joue plus « faible » que soi,mais quand on est sûr de sa force,on peut se sortir de tous les pièges,et ce match en Grèce en était un,et ça,certains l’oublient déjà!

    • Ludwig Wu

      Pour moi y’a du vrai dans ce que dit Riolo. Après il la joue « riolo » quoi.
      Mais je suis vraiment pas convaincu par ce 4-3-3. Y’a aucun relet qui se fait entre l’attaque et le milieu. En gros faut passer la ligne entre le milieu et l’attaque et après oui y’a des possibilités. Mais ça paraît tellement compliqué de le faire… Que je ne sais pas si le 433 est fait pour Paris.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com