Riolo : “Le jeu de Lavezzi est une foirefouille”

Timothe 29/03/2014 1
Riolo : “Le jeu de Lavezzi est une foirefouille”

Après la victoire parisienne 1-0 face à l’OGC Nice hier soir, Daniel Riolo a publié son billet de blog.

Analyser un match si peu intéressant n’est pas chose aisée, le consultant RMC a pourtant trouvé la rencontre d’hier soir “bien plus intéressante” que Lorient-PSG, il y a une semaine. Il publie une revue des choix de Laurent Blanc dans un premier temps, avant de pointer les performances des Parisiens qui se sont distingués.

“Le match d’avant. Avant le grand moment, celui qui permettra d’avoir un œil neuf sur ce PSG. A Nice, on ne savait pas vraiment quel genre d’équipe Blanc allait aligner. Les titulaires ? Une équipe B ? Il a fait un mix. L’attaque Ibra, Cavani, Lavezzi, c’est probablement celle qu’on verra contre Chelsea. Au milieu, avec Pastore et Cabaye pour accompagner Motta, ça sent le turn-over. Verratti et Matuidi seront là mercredi et comme on attend un intense combat au milieu face au pressing des Blues, Blanc a ménagé le duo titulaire. Derrière, avec son masque, Silva est là. Maxwell et Alex reviendront mercredi.

Le match est bien plus intéressant que celui de Lorient. Le PSG joue mieux qu’en Bretagne et se crée plusieurs occasions. C’est animé. Lavezzi est dans tous les coups. Il bouge, offre des solutions, mais c’est fou ce qu’il peut gâcher ! Le dernier geste est tellement moyen. Des glissades, des mauvais choix, son jeu est un bazar, une foirefouille.

Devant encore, Cavani n’est pas au top. On attend bien plus d’un tel joueur. J’ai envie de souligner la belle première période de Jallet. Très bon défensivement, offensivement, il fait un match complet. Sans vraiment forcer, Paris domine, mais manque de tranchant offensivement…

Et Nice ? Souvent dépassé au milieu, mais capable devant d’être dangereux. Ça manque toutefois d’intensité, comme si les Niçois ne rentraient pas assez dans la tronche des Parisiens. Ce manque d’ambition, de détermination de Nice est encore plus net en seconde période. Le PSG marque vite et se met à gérer. Et que font les Niçois ? Rien. Ils se replient. Comme si c’est eux qui avaient marqué ! Nice attend que Paris perde le ballon pour voir si par hasard il n’y aurait pas un contre à mener.

Face à aussi peu d’adversité, le PSG déroule. Blanc fait ses changements. Pour donner le change et entretenir l’illusion, Puel lance un attaquant de plus. C’est dans les 10 dernières minutes avec une équipe enfin plus agressive, plus haute, que Nice sort enfin. Une petite pression, une prise de risque plus grande, rien de fou mais au moins la sensation de jouer le match… Un petit réveil qui n’empêche toutefois pas le PSG de remporter un 7e succès de suite… Pour Paris, ce match relève de la compta. 3 points. Les choses sérieuses sont pour mercredi. Chelsea, tout le monde ne pensait qu’à ça ce soir…”

Photo : CG/PSG