Ménès : "Un Neymar qu'on a jamais aussi constant et motivé" - PSG - Pariskop

Home Actualité Ménès : « Un Neymar qu’on a jamais aussi constant et motivé »


Pierre Ménès est revenu sur la victoire du PSG face à Liverpool (2-1) sur son blog Canal+. Le consultant, souvent très critique, n’a pas manqué de faire des éloges à Tuchel et Neymar.

« Le premier acte a été très bon. Bernat a encore marqué en LdC en enchaînant contrôle-frappe dans la surface, avant que Neymar ne conclue un contre sur lequel Mbappé avait servi Cavani dont la reprise instantanée avait été repoussée par Alisson. À ce moment-là, Paris était à la limite de l’euphorie. Euphorie douchée juste avant la mi-temps par ce penalty un peu inutile. Enfin, inutile… On ne peut pas demander aux joueurs de se battre et leur reprocher ensuite un excès d’engagement, comme c’est le cas sur le tacle de Di Maria sur Mané qui provoque le penalty. C’est le revers de la médaille.

En seconde période, le PSG a laissé le ballon aux Reds, en essayant de placer des contres. Malheureusement, Mbappé qui se plaignait de l’épaule à sa sortie n’était pas dans son assiette – et n’aurait sans doute pas joué si cela avait été un match de championnat – et Cavani a été fantomatique, souffrant même de la comparaison avec Choupo-Moting entré à sa place pour la dernière demi-heure. A l’inverse, j’ai trouvé Kehrer, qui m’avait fait très peur lors de ses premiers matchs, très solide. Thiago Silva a été monstrueux, comme son surnom – dont on s’est tellement moqué – l’indique et Marquinhos a livré une prestation hallucinante à un poste hybride : milieu défensif aux côtés de Verratti en phase défensive, et défenseur central axial lors des phases de remontée de balle.

Et je n’oublie pas Neymar, qu’on n’a jamais vu aussi constant et aussi motivé. Il a pris énormément de coups, n’a jamais lâché, s’est battu, a beaucoup défendu. Et a marqué le but de la victoire. C’est ce qu’on demande à un joueur de ce tarif. Mais on l’allume tellement souvent que, lorsqu’il est au top, il faut aussi le dire. Mais pour moi le grand vainqueur de ce match, c’est Tuchel. L’équipe de départ, il fallait y penser et surtout, il fallait l’oser. 

Alors évidemment, il était privé de Meunier pour une raison involontaire puisque le Belge était victime d’un deuil familial, mais le fait de laisser une nouvelle fois Rabiot sur le banc était un vrai choix et le fait de remettre Marquinhos au milieu alors qu’il n’avait pas été très convaincant à ce poste jusqu’ici était aussi un choix marqué. Des choix payants, y compris au niveau du coaching puisque le physique de Choupo Moting et le vice et la malice d’Alves ont été profitables à l’équipe en fin de match.

Voilà, reste désormais à terminer le boulot à Belgrade, le plus simple étant encore de l’emporter au Marakana pour s’éviter des calculs fastidieux en cas d’égalité de points avec Liverpool et Naples. Mais pour ce faire, il faudra mettre en Serbie les mêmes ingrédients qu’hier soir. De toute façon, s’ils veulent aller loin dans cette compétition, il n’y a que de cette façon que les Parisiens auront une chance d’y parvenir. »


Articles similaires

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com